Quand l’IEF, dérape. L’école à la maison : un long fleuve tranquille ?

Comme je vous le disais il y a peu, je fais maintenant l’école à la maison et pour tout vous dire cette expérience est bien au delà de tout ce que je pouvais imaginer.

Au début, c’était un vrai bonheur, nous pouvions dormir un peu plus (30 min c’est peu et c’est beaucoup). C’est 30 minutes de sommeil en plus était vraiment les bien venues. Puis la journée se mettait en place d’elle même. Petit déjeuné, passage à la salle de bain pour laver les mains, les dents le visage et s’habiller, une fois tout beau et tout propre nous étions prêt à travailler. Et les enfants étaient hyper motivés pour travailler  et apprendre. Nous avons bien avancé. Et malgré le fait que ce soit nos débuts, et que nous ayons eu besoin de trouver notre organisation, les choses allaient vraiment très très bien. J’étais ravie car je passais d’excellents moments en compagnie de mes enfants et nous avancions à un bon rythme.

Puis tout d’un coup, en plein milieu d’une super journée de travail mon aîné a décrété qu’il ne voulait pas travailler, que ce que je lui demandais était trop dur. Alors il y a eu divers essais, et changement d’emploi du temps. Mais rien n’y a fait. Et là je ne vous dis pas dans quel état j’étais. Entre l’entretien de l’appartement, la préparation des cours pour deux niveaux presque trois, l’envie de créer sans pouvoir le faire. J’étais à cran. Tout m’énervait et les fêtes qui arrivaient à très grands pas. J’ai cru que je n’y arriverai pas.
Heureusement les vacances scolaires sont arrivées et j’ai décidé de tous nous mettre en vacances.
Cette période de relâche nous a fait du bien. La vie de famille est redevenue très agréable et nous pouvions de nouveau passer de bon moments ensembles.

Janvier, la nouvelle année et donc la rentrée sont très vite arrivés. Il a fallu se remettre au travail. 2016 prometteuse, 2016 plein de bonnes résolutions. Dans mon cas ce serait plutôt un début d’année absolument horrible. Les enfants n’ont plus aucune envie de travailler. Et tous les jours j’ai l’impression d’aller au goulag. Je passe mes journées à essayer de leur faire apprendre un minimum de chose, à changer de manière de procéder, à proposer de nouvelles activités de type jeux éducatifs afin de leur permettre de travailler, d’apprendre et d’évoluer. Mais eux ne le voient pas de cet oeil. Ils n’ont aucune envie de s’y mettre. Ils ne pensent plus qu’à jouer, jouer, jouer et encore jouer. J’ai beau user de toute ma patience, de toute mon imagination, j’ai juste l’impression de faire du sur place.

Nos débuts étaient trop parfait pour continuer. Ils étaient attentifs car c’était tout beau, tout nouveau. Ils étaient heureux de ce changement et ils ne voyaient à ce changement que du positif.
Le temps a passé, les habitudes ont changé, les envies également. Et puis maman, ce n’est pas la maîtresse, donc on peut aisément agir de manière totalement différente et s’amuser quand on le veut.
Pour conclure, je pense, enfin j’espère, que ce n’est qu’un passage et que c’est « normal » et qu’avec de la patience et de la rigueur les choses s’amélioreront et redeviendront vivables. Et surtout j’espère arriver à me trouver du temps pour écrire ici un pue plus souvent et pour créer. Parce que ça me manque vraiment de ne rien faire de mes dix doigts.

Publicités

A propos danslatetedunefee

Femme et maman j'aime la lecture, la couture, la broderie, les bijoux, la création en gros, et j'ai souvent bien plus d'idées que de temps pour les réaliser. Alors je fais au mieux, selon mon emploi du temps. Je me suis mise à l'IEF depuis de peu. Je patauge encore un peu mais nous prenons nos marques.
Cet article, publié dans IEF - L'école à la maison, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Quand l’IEF, dérape. L’école à la maison : un long fleuve tranquille ?

  1. Bebloom dit :

    Moi qui ai très envie parfois de me lancer dans l’aventure, ça me console un peu de lire que non, tout n’est pas rose tout le temps (le problème des blogs, c’est que souvent tu ne vois que les côtés positifs des choses). Mais j’espère que la motivation va revenir… nous aussi (les adultes) on a des périodes « sans » !

    J'aime

    • Merci pour ton commentaire Bebloom.
      Comme tu le dis, déjà nous adultes nous avons des périodes sans, alors pourquoi les enfants n’en auraient pas ?

      Je me dis que je dois continuer à les faire travailler tout en lâchant un peu de lest.

      Pour les blogs, comme tu le dis on y voit surtout du beau et du parfait. Je trouve ça assez dommage. Mais chacun fait comme il le sent sur son blog.

      J'aime

  2. bon courage, ne baisse pas les bras !
    c’est super d’avoir pris l’initiative de faire l’école à la maison !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s